Jacques Merle

COMMANDE SPÉCIALE DE LA VILLA NOAILLES POUR LE PARVIS ET L’ENTRÉE

en partenariat avec Puntoseta

J’AI RÊVÉ DE MARIE-LAURE, 41X33CM, PEINTURE ET CRAYON SUR TOILE, 2021

Pour Jacques Merle, il semble se trouver un refuge tout particulier dans les paysages de l’enfance.
Un lieu d’expression et d’exploration qu’il peuple de figures : prince, chevalier, cow-boy, amoureux transi, garçon égaré reviennent comme des motifs dans l’ensemble de son œuvre. Des modèles de masculinité sont égrenés dans les multiples contes et légendes pour enfants et participent à créer un imaginaire collectif, souvent biaisé, autour de la figure masculine.
Jacques Merle, lui, désamorce cet héritage en faisant perdurer un regard et une sensibilité tout enfantine vis-à-vis de ces personnages. Il les projette dans des espaces romantiques et romanesques. Des espaces inoffensifs, à la palette de couleur douce et joyeuse, dans lesquels il n’est question ni de courage ni de bravoure mais d’ennui, de joie, de mélancolie et d’émerveillement. Ce sont aussi des espaces transitoires dont il est compliqué de cerner les contours, comme floutés par les touches de peinture et les aplats de couleurs. Des espaces de rêve donc : onirisme magique, lyrique, fantasmatique...
Pour la villa Noailles, il imagine le voyage initiatique d’un jeune garçon, qui parcourt des mondes fabuleux nimbés de mystère, guidé tout au long de son aventure par l’aura bienveillante de Marie- Laure de Noailles.

Fabrice Tayeau

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.