Futurissimo. L’utopie du design italien - Collections design du Centre Pompidou

Hôtel des Arts
236 boulevard Maréchal Leclerc, Toulon
du mardi au dimanche de 11h à 18h

TOUTES LES IMAGES COLLECTION CENTRE POMPIDOU, PARIS
MUSÉE NATIONAL D’ART MODERNE - CENTRE DE CRÉATION INDUSTRIELLE
© CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI/ DIST. RMN-GP

Commissariat de Marie-Ange Brayer, scénographie de Jean-Baptiste Fastrez

June 25th →October 31th 2021

L’utopie du design italien

Collections du Centre Pompidou
Hôtel des Arts, Toulon

Après avoir conçu l’exposition « Nouvelles vagues » présentée au Cercle naval de Toulon de juin à novembre 2019, le Centre Pompidou réalise l’exposition « Futurissimo. L’utopie du design italien » qui sera inaugurée à l’Hôtel des arts de Toulon le 25 juin 2020.
Cette nouvelle exposition s’inscrit dans la convention triennale de partenariat signée le 20 décembre 2019 entre le Centre Pompidou, la Villa Noailles et la Métropole Toulon Provence Méditerranée par laquelle le Centre Pompidou s’engage à concevoir chaque année - jusqu’en 2022 - une exposition de design à l’Hôtel des Arts à partir des œuvres de sa collection.

Sous le commissariat de Marie-Ange Brayer, conservatrice en cheffe du service design et prospective industrielle au Centre Pompidou « Futurissimo. L’utopie du design italien » explore la place unique du design italien à travers un parcours à la fois chronologique et thématique, allant de l’entre-deux-guerres aux années 2000. Cette exposition interroge la singularité du design italien, issu d’une culture architecturale et des avant-gardes modernes, tel que le futurisme au début du XXe siècle. Entre expérimentation et radicalisme, transcendant les oppositions entre industrie et artisanat, le design italien ouvre la voie à une autre approche de l’objet, au-delà du fonctionnalisme, renouvelant la relation avec l’environnement domestique et architectural.

Après l’esthétique rationaliste (Pagano, Albini) des années 1930-1940, le design industriel italien connaît un succès international dès les années 1950 (Sottsass, Borsani, Colombo, Castiglioni, etc.). Laboratoire des grandes transformations sociales et politiques du XXe siècle, le design italien a toujours étendu son territoire de recherche à l’architecture et à la ville. Des utopies critiques portées par l’architecture radicale (Archizoom, Superstudio, Pettena, Ugo La Pietra) à la « réappropriation » des objets (Autoprogettazione d’Enzo Mari, « objets pauvres » de Riccardo Dalisi), le design italien s’ouvre à la « création collective ».

Ces expérimentations viendront nourrir Studio Alchymia (Guerriero, Mendini) et Memphis, autour d’Ettore Sottsass, au début des années 1980. L’« objet banal », défendu par ces mouvements, se conjugue à un renouveau de la dimension décorative, métamorphosant les objets ordinaires en objets iconoclastes, tandis qu’au même moment, le post-modernisme interroge les notions de signe et d’image dans leur rapport à l’histoire.

Le design italien se tient ainsi « au-delà du design » : « anti-design » de Joe Colombo dans les années 1960 ou « contre-design » d’Ettore Sottsass Jr. qui s’oppose au rationalisme pour inscrire le design dans une expérience émotionnelle. Théoricien et designer, Andrea Branzi réclame lui aussi un « design émotionnel », qui prenne appui sur notre expérience perceptive et émotive, un retour animiste à la dimension symbolique et archétypale des objets, qui renvoie à l’esprit d’utopie qui traverse le design italien.

Cette exposition se décline en une dizaine de chapitres : Rationalisme, Baroque, Assises, Luminaires, Design industriel, Design radical, Memphis, Ville post-moderne, avec un focus sur deux figures majeures du design, Ettore Sottsass et Andrea Branzi. A travers la création d’environnements colorés et d’objets fictionnels, le designer Jean-Baptiste Fastrez a conçu une scénographie qui raconte une histoire sensorielle de couleurs, de lumières et de matières et ouvre sur un théâtre imaginaire des objets.

Conçue par Marie-Ange Brayer, conservatrice, en charge des collections design au Centre Pompidou, cette exposition, produite par l’Hôtel des Arts, avec la collaboration de la Villa Noailles, fait revivre l’aventure unique du design italien à travers plus de deux cents œuvres – objets de design, dessins, photos, installations, etc. – réalisées par une cinquantaine de designers.****

Franco Albini
Fauteuil, 1933 - © Villa Noailles Hyères

Franco Albini
Fauteuil, 1933

Superstudio
Lampe Gherpe, 1968 - © Villa Noailles Hyères

Superstudio
Lampe Gherpe, 1968

Alessandro Mendini
Canapé Kandissi, 1979 - © Villa Noailles Hyères

Alessandro Mendini
Canapé Kandissi, 1979

Aldo Rossi
Fauteuil Parigi, 1990 - © Villa Noailles Hyères

Aldo Rossi
Fauteuil Parigi, 1990

Archizoom Associati
Canapé Safari, 1968 - © Villa Noailles Hyères

Archizoom Associati
Canapé Safari, 1968

Carlo Mollino
Bureau, 1950 - © Villa Noailles Hyères

Carlo Mollino
Bureau, 1950

Michele De Lucchi
Guéridon Kristall, 1981 - © Villa Noailles Hyères

Michele De Lucchi
Guéridon Kristall, 1981

Joe Colombo
Fauteuil Elda, 1963 - © Villa Noailles Hyères

Joe Colombo
Fauteuil Elda, 1963

Osvaldo Borsani
Chaise S 88, 1956 - © Villa Noailles Hyères

Osvaldo Borsani
Chaise S 88, 1956

Franco Albini, Archizoom, Gianni Arnaudo, Gae Aulenti, B.B.P.R., Walter Ballmer, Mario Bellini, Elgidio Bonfante, Osvaldo Borsani, Andrea Branzi, Anna Castelli Ferrieri, Achille, Pier Giacomo Castiglioni, Centro Progetti Tecno, Centrokappa, Joe Colombo, Riccardo Dalisi, Giancarlo De Carlo, Michele De Lucchi, Nathalie Du Pasquier, Eugenio Gerli, Vittorio Gregotti, Ugo La Pietra, Giovanni Levanti, Vico Magistretti, Enzo Mari, Alessandro Mendini, Carlo Mollino, Bruno Munari, Marcello Nizzoli, Giuseppe Pagano, Gaetano Pesce, Gianni Pettena, Giovanni Pintori, Gio Ponti, Paolo Portoghesi, Franco Raggi, Aldo Rossi, Richard Sapper, Gino Sarfatti, Ettore Sottsass, Studio Labirinto, Superstudio, Matteo Thun, Massimo Vignelli, Lella Vignelli, Marco Zanuso

You are using an outdated browser.
Please upgrade your browser to improve your experience.